J’ai toujours été séduit par l’idée d’aller à Londres, voir de mes propres yeux ce côté royal qu’on accorde à cette ville. Cette idée me trottait tous les jours puis, un beau matin, convaincu par les arguments de folie de mon pote, j’ai pris mes clics et mes claques, et mon copain avec (comme ça, je ne serai pas seul à galérer si jamais ça tournait mal), et on est partis. Une aventure qui date d’il y a une dizaine d’années, mais qui reste gravée. Je m’en souviens comme si c’était hier.

Nous avons quitté la France sans vraiment de but particulier, à part l’apprentissage de la langue anglaise, avec cet irrésistible accent british. Ce qui m’importait le plus, dans un premier temps, c’était d’aller voir la fameuse garde royale. J’avais carrément l’esprit taquin, mais je savais d’ores et déjà que je n’allais jamais mettre mon plan à exécution, un plan qui consistait à faire bouger le garde. Avant d’aller au Buckingham Palace, on est passé par le change. Première déception. Le taux de change n’était pas celui auquel on s’attendait. « Pauvre de nous ».

Que des problèmes au niveau de l’hébergement

On a quitté la France un peu à la hâte, trop excités de partir à l’aventure et vivre en Angleterre pendant quelques temps, si bien qu’on en a oublié l’essentiel : la question de l’hébergement. Pas de panique, avec Eric (mon acolyte), nous sommes allés à l’auberge de jeunesse. OMG le prix ! On a décortiqué les annonces, il y en avait des tonnes. On a vite trouvé, pas loin du stade West Ham. Dans le quartier, on trouvait un peu de tout, Pakistanais, Polonais, Indiens, Français… On s’est fait viré parce que nos voisins nous accusaient toujours de quelque chose, accusation non fondée, qui plus est. On est allés sous-louer une chambre à Elephant Castle. Trop étroit pour nous. On a alors (ENCORE) déménagé pour s’installer à Queens park où nous avons trouvé un studio plutôt coquet. Un voisinage cosmopolite, mais assez aimable. Quatre déménagements en cinq mois !

Et hop ! On enchaîne les boulots

Ensemble, on a fait du porte à porte : resto, pubs, magasins, discothèques, hôtels… On a même essayé Mac Do ! C’est à Soho que j’ai trouvé un poste de serveur. J’avais le sourire jusqu’aux oreilles à chaque fois, jusqu’au moment où je me fais draguer ouvertement… par un mec ! Ah, j’ai oublié de vous dire, ce bar réunit des homos (mais aussi des hétéros) lors des soirées. J’ai ensuite été barman dans un autre pub, mais là encore… Je ne comprenais rien de ce que les clients bredouillaient, surtout après quelques verres. J’ai tout fait de travers, avec des cocktails non aboutis, de mauvais mélanges, des verres cassés… et hop ! Viré après 4 jours. Croyez-le ou non, c’était fou rire après fou rire tout au long de notre passage à Londres.

Ce que je garde de Londres

  • La ville est cosmopolite : tout peut changer d’un quartier à l’autre, paysage comme genre de voisinage.
  • La vie nocturne : la ville est pleine de grosses boîtes, de pubs… on a l’embarras du choix ! De plus, il y a des bus à n’importe quelle heure.
  • Mon portefeuille : je ne sais plus s’il y avait un trou ou si c’est la vie à Londres qui est chère.

Cette aventure était vraiment revigorante, même nos petites mésaventures avaient du bon. Faute de budget (mal géré, j’avoue) et de temps (entre déménagements et recherches d’emploi), on n’a pas pu bien profiter du tourisme. Vous qui y avez déjà été, que pensez-vous de notre séjour rythmé ? Et surtout, quels sont les lieux à visiter ? Parce que, good bye London, mais see you soon, avec un voyage mieux préparé.